suivez-nous
A LA UNE

649

Industrie automobile : le Maroc consolide ses ambitions

Industrie automobile marocaine

Avec une production annuelle de 650 000 véhicules et un CA de 70 milliards de dirhams à l’export, contre 60 milliards l’année dernière, l’industrie automobile marocaine enregistre un bilan des plus satisfaisants en 2017 et se positionne comme une véritable locomotive de l’industrie marocaine.

L’usine de PSA dont la construction a été lancée cette année à Kenitra, viendra augmenter cette capacité de production permettant au Maroc de consolider ses ambitions à l’horizon 2020 et cibler, ainsi, le Top 10 des plateformes de production automobile dans le monde, avec1 million de véhicules produits chaque année. Cet objectif demeure à la portée du Maroc, dans la mesure où l’attractivité du pays demeure importante. En effet, après Renault et PSA et tout récemment le groupe chinois « BYD Auto Industry », le Maroc s’apprête à accueillir d’importants investissements dans le secteur d’un montant global de 13,78 MMDH, à la faveur du lancement, le 11 décembre dernier, de 26 investissements industriels dans ce domaine.

Le Top 10, une ambition légitime !

Dans ce sens, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique a déclaré ce qui suit : « Nous ambitionnons de porter la production de véhicules à 1 million d’ici 2020. Le Royaume s’apprête actuellement à intégrer le top 10 des plateformes de production automobile dans le monde. Nous sommes sur la bonne voie. En effet, nous possédons tous les atouts pour concrétiser cet objectif. Bien évidemment, l’intérêt est dans la maximisation de l’intégration locale et la montée en gamme ».

Pour rappel, l’année 2017 a connu le lancement de 24 projets d’investissement dans l’industrie automobile marocaine. Le plus important de ces projets est sans conteste celui de PSA qui a remporté d’ailleurs le prix 2017 du Meilleur projet d’investissement dans la région MENA, attribué par l’Annual Investment Meeting Committee de Dubaï.

Le royaume ambitionne aussi de créer 160.000 emplois, réaliser un chiffre d’affaires de 100 MMDH et réaliser un taux d’intégration locale des véhicules sortant du Maroc de +80%, contre 50% actuellement.

Rien n’est le fruit du hasard !

Pour en arriver là, le Maroc a consenti de grands efforts dans l’objectif d’optimiser le climat des affaires et aligner le niveau des infrastructures avec les normes internationales. Ceci sans énumérer d’autres facteurs importants, tels que la stabilité, le positionnement géographiques, la qualité des ressources humaines, etc. « Le ferment de notre performance est la jonction de tous ces éléments. Ils font du Royaume une plateforme de production et d’échange attractive », déclare Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique.

Par ailleurs, il a aussi fallu inscrire l’industrie automobile dans un paradigme de développement basé essentiellement sur la diversification des filières et métiers y afférant, la restructuration de cette industrie en écosystèmes métiers, la mise en place de dispositifs d’appui et de financement adaptés ainsi que l’amélioration de l’intégration du secteur, en droite ligne avec son Plan d’accélération industrielle (PAI).


Publié le 15-01-2018 par LA Rédaction


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 + 7 =