suiver-nous
A LA UNE

308

La croissance économique en Afrique subsaharienne rebondit en 2017, selon la Banque mondiale

La croissance économique en Afrique subsaharienne rebondit en 2017

Tel est la conclusion d’ Africa Pulse, le rapport semestriel de la banque mondiale dédié à l’état des économies africaines.

Après avoir enregistré en 2016, son niveau le plus bas depuis plus de deux décennies, la croissance dans cette région reprend en 2017 pour atteindre 2,6 %. Toutefois,  elle reste faible et se situe légèrement au-dessus de la croissance démographique. Autrement dit, elle avance avec un rythme qui entrave les efforts relatifs à l’emploi et à la réduction de la pauvreté.

Ce redressement est lent eu égard à l’ajustement insuffisant par rapport à la baisse des prix des matières premières et à l’incertitude des politiques. Plusieurs pays exportateurs de pétrole sont confrontés à des difficultés économiques.

Heureusement !  D’autres pays comme  la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, Kenya, Mali, Rwanda, Sénégal et Tanzanie continuent d’afficher des taux de croissance annuels supérieurs à 5,4 % entre 2015 et 2017, aidés en cela par la demande intérieure.

Les perspectives économiques mondiales s’améliorent et devraient favoriser la reprise dans la région. Selon le rapport Africa’s Pulse  « la croissance globale du continent devrait passer à 3,2 % en 2018 et à 3,5 % en 2019, reflétant ainsi la reprise dans les principales puissances économiques. La croissance demeurera atone dans les pays exportateurs de pétrole, alors qu’elle devrait repartir modestement dans les pays exportateurs de métaux. La croissance du PIB dans les pays dont l’économie dépend des matières premières devrait rester forte, soutenue par les investissements dans les infrastructures, des secteurs de services résilients et le redressement de la production agricole. C’est le cas en Éthiopie, au Sénégal et en Tanzanie ».

« Alors que les pays procèdent à des ajustements budgétaires, nous devons faire en sorte que la conjoncture demeure propice à l’investissement afin que les pays d’Afrique subsaharienne connaissent une reprise plus forte », explique Albert G. Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour la région Afrique. « Nous devons mettre en œuvre des réformes qui augmentent la productivité des travailleurs africains et créer un environnement macroéconomique stable. Des emplois plus productifs et de meilleure qualité contribuent à lutter contre la pauvreté sur le continent. »

Concernant les mesures à prendre, ledit rapport recommande une mise en œuvre urgente de réformes visant à améliorer les institutions qui promeuvent la croissance du secteur privé, développer les marchés financiers locaux, améliorer les infrastructures et renforcer la mobilisation des ressources intérieures.


Publié le 26-04-2017 par LA Rédaction


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + 2 =