suiver-nous
A LA UNE

199

Le Nigeria veut réaliser le plus vaste projet ferroviaire africain



Le Nigeria première puissance économique d’Afrique veut développer son réseau ferroviaire. Il s’agit pour Abuja de dépasser son handicap en matière de transport de marchandises. Pour cela le Nigeria va réaliser le plus vaste projet ferroviaire africain. C’est un programme ambitieux annoncé récemment par le Gouvernement. Il va coûter près de 41 milliards de dollars.

En effet, le pays veut renforcer les lignes ferroviaires existantes avec de nouvelles voies et améliorer le transport des marchandises. Il y aura deux principales lignes qui traverseront le pays, de l’est à l’ouest du nord au sud. C’est-à-dire que l’une reliera Lagos à Calabar et l’autre Lagos à Kanu. Cette seule partie du projet totalisera près de 1100 kilomètres de voies ferrées. Cela suscitera la somme de 20 milliards de dollars de financement. Concernant cette phase du projet il faut dire qu’elle est financée principalement par la China Eximbank. Cette dernière a apporté une aide de 5,9 milliards de dollars pour le moment sur les 20 milliards nécessaires. La mise en place des installations se fera par la China Civil Construction Corporation.

Quant à la deuxième partie du projet, il s’agit de la construction de voies qui vont relier toutes les capitales fédérales du pays. Un montant de 16 milliards de dollars sera nécessaire pour cela. Enfin la dernière partie de ce gigantesque chantier est la réhabilitation des voies ferrées existantes. Ce qui suscitera une somme de 5 milliards de dollars.

Il faut dire que les détails de calendrier et de financement n’ont pas été fixés par Abuja. Mais l’Etat espère beaucoup en ce projet pour assurer la diversification effective de l’économie. Et la plupart des lignes seront privatisées. Ce qui représente l’espoir d’une meilleure gestion après plusieurs décennies de négligence sous le contrôle des autorités publiques. En effet, le réseau qui avait une capacité annuelle de transport de trois millions de tonnes il y a 40 ans, a vu cette capacité chuter à seulement 15 000 tonnes en 2005. Le ministre des transports Rotimi Amaechi parle de cette ambition en ces termes : « Il ne peut y avoir de développement économique sans un réseau logistique efficace, et dans ce cadre, il est impératif de résoudre le problème des voies ferroviaires.»


Publié le 24-08-2017 par LA Rédaction


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 + 9 =