suivez-nous
A LA UNE

965

Le Maroc en 6e position des pays africains les plus riches

croissance-PIB-Maroc

L’agence Ecofin vient de réaliser un classement des pays africains les plus riches en termes de PIB en se basant sur les récents chiffres de la Banque africaine de développement, publiés à Abidjan, la semaine dernière. Dans ce classement, le Nigeria caracole en tête de liste alors que le Maroc occupe une 6e place qui ne traduit nullement son dynamisme économique.

En effet, en matière de PIB, le Nigeria est, de loin, le pays le plus riche d’Afrique en 2017 selon le classement de la l’agence Ecofin, établi suite aux derniers chiffres publiés par la BAD à Abidjan il y a quelques jours. Le Nigeria occupe cette position grâce à une forte production pétrolière et au redressement des cours mondiaux des matières premières. Le PIB aux prix courants du Nigeria, qui représente plus de 72% de l’ensemble des économies de l’Afrique de l’ouest, devrait atteindre 581 milliards de dollars en 2017, contre 519 milliards de dollars en 2016

En deuxième place vient l’Afrique du Sud qui est à peine sortie de récession. Son classement est dû à la richesse créée en 2017 par les résidents sud-africains, et qui dépasserait la barre des 276 milliards L’Égypte, dont l’économie est toujours en convalescence, lui emboîte le pas grâce à un volume d’activités qui avoisinerait les 264 milliards de dollars.

Le Maroc double son économie en 12 ans

En 4e position c’est l’Algérie. Elle pourrait totaliser quelque 170 milliards de dollars. Le Soudan occupe la 5e position avec 124 milliards de dollars. Grâce à une croissance de 4%, le PIB du Maroc devrait dépasser les 124 milliards de dollars. Le royaume chérifien doublerait ainsi son économie en 12 ans.

L’Angola vient en 7e position avec 104 milliards de dollars, l’Éthiopie en 8e position avec 93 milliards de dollars, le Kenya en 9e position avec 77 milliards de dollars et enfin la Tanzanie en 10e place avec 52 milliards de dollars.

L’agence Ecofin précise, « que ce classement… s’appuie sur les données de la BAD et ne prend en compte que la richesse globale créée par l’économie des nations suscitées ».


Publié le 23-01-2018 par LA Rédaction


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 + 1 =