suiver-nous
A LA UNE

255

Nareva Holding investit 4 milliards de DH à Boujdour

Nareva Holding investit 4 milliards de DH à Boujdour

Nareva Holding renforce son positionnement sur le marché des énergies vertes. La Société Energie éolienne du Maroc (EEM), filiale de Nareva, a finalisé, le 8 décembre dernier, le closing financier du projet Aftissat, situé au sud de Boujdour.

Le deal porte sur «le développement, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance d’un parc éolien d’une capacité de 201,6 MW», annonce une note d’information de la filiale de la SNI. De quoi alimenter  en électricité l’équivalent de 1,5 million d’habitants et d’éviter l’émission de 700,000 tonnes de CO2/an. La mise en service du parc devrait s’opérer en décembre 2018, pour un investissement global de 4 milliards de DH.

L’enveloppe est constituée d’un apport en fonds propres des actionnaires d’EEM (75% Nareva et 25% CIMR), ainsi qu’une partie de dettes bancaires levées auprès d’un pool marocain constitué d’Attijariwafa Bank et la Banque Centrale Populaire (BCP).

Le production destinée aux grands clients industriels

La production du site sera destinée à de grands clients industriels raccordés au réseau national haut tension. Dans ce portefeuille, figurent LafargeHolcim Maroc, OCP, Sonasid, Ciment du Maroc, Managem, la Snep et Air Liquide Maroc. «C’est un projet structurant à double titre, puisqu’il répond à deux objectifs importants», commente Ahmed Nakkouch, PDG de Nareva.

«Le premier est la réalisation de ce parc éolien à Boujdour, contribuant ainsi au développement de la région et à l’atteinte de l’objectif de 2.000 MW éolien à l’horizon 2020, et le second est le renforcement des infrastructures électriques des provinces du sud du Royaume», poursuit le responsable. Le programme Aftissat englobe en effet la construction d’une ligne électrique 400 kV de 250 km.

Elle sera destinée au raccordement du parc éolien au poste ONEE de Laâyoune, via la ville de Boujdour. Cette ligne électrique contribuera surtout au renforcement du raccordement de la ville de Dakhla au réseau électrique national. «Dès le début de sa construction, et tout au long de sa période d’exploitation, ce projet participera à la dynamique de développement économique et social des provinces du Sud, notamment en termes de création d’emplois», précise le management de Nareva.

Le projet devrait en effet générer pas moins de 900 emplois directs et indirects pendant les travaux de construction, ainsi qu’une centaine d’emplois directs et indirects en phase d’exploitation. Sur le volet industriel, Nareva table sur une intégration locale à hauteur de 60%.


Publié le 23-01-2017 par LA Rédaction


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 + 6 =