suiver-nous
A LA UNE

110

Nigeria : Shell et Chevron vont financer des projets dans l’industrie pétrolière



Le Nigeria a signé des accords avec Shell et Chevron pour financer des projets susceptibles de développer les réserves du pays et d’augmenter ses revenus, a indiqué jeudi à Abuja la compagnie pétrolière d’État, la Nigerian National Petroleum Corporation.

« Deux accords de financement alternatif de coentreprises visant à développer les réserves et la production en phase avec les aspirations du gouvernement ont été conclus à Londres lundi », a précisé la NNPC dans un communiqué.

« Les deux projets devraient générer des revenus supplémentaires de quelque 16 milliards de dollars ainsi que nombre d’activités exploratoires créatrices d’emploi dans l’industrie. Ils devraient également augmenter les livraisons de gaz aux centrales électriques et renouveler l’outil industriel », souligne le communiqué.

Selon la NNPC, l’accord avec Chevron devrait conduire au développement du projet Sonam, actuellement financé par des appels de fonds.

Ce projet recèle des réserves potentielles de 211 millions barils de brut et de 1.900 milliards de pieds cubes de gaz exploitables dans les trois à six prochains mois, selon la compagnie nationale.

Quant à l’accord passé avec Shell, il faciliterait le développement de 156 activités sur des champs pétrolifères du delta du Niger, la région pétrolière du sud du pays.

Andy Brown, directeur de Shell Global Upstream, s’est félicité de la conclusion de ces accords de financement alternatif susceptibles, selon lui, de permettre à la compagnie de lancer ses activités d’exploration actuellement gelées en raison du manque de fonds.

Les majors pétroliers se sont toujours plaintes de l’incapacité du Nigeria à honorer sa part des financements des coentreprises dans la région du delta du Niger.

Le Nigeria cherche à développer ses réserves et sa production et augmenter ses revenus pétroliers en baisse.

Le Nigeria est le plus gros exportateur d’Afrique avec quelque deux millions de barils par jour. Il dépend à 90% du secteur pétrolier pour ses rentrées en devises et à 70% pour ses recettes publiques.


Publié le 04-08-2017 par LA Rédaction


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 + 5 =