suiver-nous
A LA UNE

401

Comment peut-on innover l’industrie automobile ?



Après l’aéronautique, l’industrie automobile réfléchit à la meilleure manière d’intégrer la fibre composite dite de carbone dans ses modèles. Il s’agit de gagner du poids mais également de la robustesse. La fibre de carbone pose néanmoins des défis industriels et est handicapée par des coûts élevés de production. Alors puisque les constructeurs acceptent l’idée de commencer petit à petit à contacter les fabricants des matériaux composites, pour une éventuelle forme de charpente en carbone qui permet de renforcer des structures en acier. Cependant pourquoi ne pas penser aussi à introduire les matériaux élastomères dans la structure de la tôle ??

Actuellement le marché automobile français a retrouvé des couleurs l’année dernière. En 2016, 2,015 millions de voitures particulières neuves ont été vendues, selon les statistiques publiées ce dimanche par le comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Cela représente une hausse de 5,1% par rapport à 2015. PSA connaît actuellement un creux commercial à cause du renouvellement de produits vedettes (Peugeot 3008 et 5008, Citroën C3) et d’une gamme DS en fin de carrière. Il reste toutefois le premier groupe français en France, avec 27,7% des immatriculations l’an dernier, suivi par Renault à 25,73% de part de marché pour les voitures particulières. C’est-à-dire que la construction de l’automobile augmente de plus en plus, c’est une bonne chose mais dans un autre coté les accidents augmentent aussi. Alors en introduisant les matériaux élastomères comme le caoutchouc sous forme d’une bande dans la finalisation de la construction d’une tôle ça nous permettra de donner plus de sécurité aux conducteurs et minimiser les dégâts des accidents.

En fait, il est nécessaire de mette en œuvre cette application afin d’arriver à une nouvelle dimension de l’industrie automobile  et rendre son image plus sécurisée et acharnée. Cet objectif peut être atteint en traitant, d’abord les matériaux élastomères les plus fiables à utiliser à savoir les caoutchoucs, ensuite la forme de la bande en caoutchouc pour qu’elle ait plus de résistance au choc, limiter le pourcentage de déformation de la tôle et restreindre l’endommagement. Finalement la mise en place de cette bande pour donner une belle attirance à cette nouvelle marge de construction de l’automobile.

 

 Les points forts de cette application… 

Beaucoup plus d’efforts doivent être faits dans ce domaine pour décrocher de nombreux avantages de sécurité :

  • Les matériaux élastomères sont présents dans de nombreuses applications de la vie quotidienne et occupent une place de choix dans l’industrie [3]. C’est-à-dire qu’il serait facile d’en trouver dans le marché industriel.
  • Si les pneumatiques consomment plus de la moitié de la production des élastomères, on utilise aussi ces derniers dans un grand nombre d’autres secteurs industriels : dans l’automobile elle-même sous la forme de joints, de liaisons élastiques, de tubes et de tuyaux, de membranes ou de dispositifs anti-vibratoires, ainsi que dans l’industrie mécanique…etc. Alors c’est un produit perpétuel et disponible.
  • L’intérêt des matériaux élastomères est de pouvoir subir des déformations très importantes (plus de 100% généralement) et de reprendre leur forme initiale. Ils ont donc une très bonne capacité à emmagasiner de l’énergie lors d’un choc par exemple, et à la restituer ensuite.
  • Pour la majorité des applications, le caoutchouc brut est mélangé avec différents composés pour modifier ses propriétés. Les charges qui améliorent l’élasticité du produit final, sans augmenter sa résistance, sont des produits à base de carbonate de calcium ou de sulfate de baryum. Les charges de renforcement qui améliorent la résistance du produit fini sont le noir de carbone, l’oxyde de zinc, le carbonate de magnésium ou différentes argiles [5]. Donc il serait facile à éteindre la forme de la bande souhaitée.
  • Le caoutchouc brut, qui ne représente que la moitié du poids du produit fini, est traité mécaniquement et chimiquement jusqu’à l’obtention de produits spécifiques. La flexibilité du caoutchouc est souvent mise à profit pour ces applications; son élasticité est adaptée à la réalisation de différents systèmes d’absorption des chocs et de diminution des vibrations. Donc ça n’aura aucune influence dans la nouvelle technologie de construction d’automobile.

 

 Les points à traiter avec prudence……

Néanmoins, certaines questions doivent être abordées:

  • Les chercheurs ont amélioré très nettement le caoutchouc synthétique. Alors certes, il est reconnu comme moins résistant que le caoutchouc issu de l’hévéa, mais il est aussi plus facilement disponible quand on ne dispose pas des ressources naturelles nécessaires. Le caoutchouc suit alors le boom de l’industrie automobile, et la production ne cesse de se développer. Une grande série d’amélioration de la vulcanisation et de la résistance des caoutchoucs à tous les climats pour une longue durée doit être étudié.
  • Le marché du caoutchouc reste dépendant de deux facteurs. D’une part, la demande mondiale en matière d’automobiles. Quand une voiture est vendue, elle l’est le plus souvent avec 5 pneus. D’autre part, le prix du pétrole. Le caoutchouc synthétique utilisant le pétrole dans son procédé, des changements dans les prix du pétrole entraîne des changements dans le prix du caoutchouc.
  • Habituellement, Il faut penser à l’homogénéisation de la réalisation parfaite de la bande du caoutchouc souhaitée et son adaptation dans la finalisation de la construction de la tôle dans un strict minimum de temps tout en restant dans l’innovation du monde d’automobile.
  • Il est nécessaire de disposer de réglementations et de normes de constructions internationales pour suivre l’évolution de l’industrie automobile afin d’assurer l’aspect esthétique et le respect des recommandations du fabricant. À l’heure actuelle, il peut y avoir des problèmes de traçabilité et certaines parties douteuses apparaissent sur les marchés secondaires.

 

Finalement……..pour conclure

La modification de la construction de la tôle apparaît comme un moyen efficace pour réduire les dégâts matériels et humains des accidents. Les constructeurs et les fabricants devront se conformer à une accréditation pour inclure les matériaux composites à savoir les élastomères. Il est grand temps que les institutions internationales d’automobile franchissent une nouvelle dimension dans ce domaine et assimilent ce projet innovant qui serait très bénéfique pour les chefs des entreprises ainsi que pour la population mondiale.

 

 

 

Tarik Hrima

Project Manager Applied Mechanics


Publié le 17-04-2017 par LA Rédaction


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + 3 =