suivez-nous
A LA UNE

158

TAAT, la nouvelle stratégie de la BAD pour une meilleure transformation de l’agriculture africaine

la BAD, Akinwumi Adesina

« Technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique (Technologies for African Agricultural Transformation-TAAT) »,  c’est la nouvelle stratégie adoptée par le président de la Banque africaine de développement (BAD) pour le développement de l’agriculture africaine.

Ce nouveau  plan a été dévoilé  en marge de la remise du Prix mondial de l’alimentation 2017 qui s’est tenue aux États-Unis le 19 octobre dernier. Il envisage de moderniser l’agriculture africaine, grâce à la mise au point et à la diffusion à grande échelle des technologies appropriées d’accroissement de la productivité agricole sur le continent.

« TAAT est née de cette consultation majeure et regroupe des acteurs mondiaux de l’agriculture : le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale, la Banque mondiale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le Fonds international de développement agricole, le Programme alimentaire mondial, Fondation Bill et Melinda Gates, l’Alliance pour une révolution verte en Afrique, la Fondation Rockefeller et les organismes nationaux et régionaux de recherche agricole », a indiqué le président de la BAD, Akinwumi Adesina.

« C’est le renforcement des efforts le plus important pour accélérer l’adoption de technologie agricole en Afrique, a souligné le président de la BAD, lauréat 2017 du Prix mondial de l’alimentation. La technologie permettra de faire face à la variabilité et aux nouveaux ravageurs et maladies qui vont sûrement survenir avec le changement climatique », a-t-il dit.

Cette initiative soutiendra la stratégie de la BAD « Nourrir l’Afrique » destinée à mettre un terme aux importations alimentaires massives de l’Afrique aujourd’hui actuelles et à transformer ses économies, en ciblant l’agriculture comme moteur majeur de diversification économique, de richesse et de création d’emplois.

TAAT mettra en œuvre des plans audacieux pour contribuer à une transformation rapide de l’agriculture à travers l’Afrique, en augmentant la productivité agricole dans huit domaines d’intervention prioritaire : le riz, le manioc, le mil, le sorgho, l’arachide, le niébé, le bétail, le maïs, le soja, l’igname, le cacao, le café, la noix de cajou, l’huile de palme, l’horticulture, les haricots, le blé et le poisson.


Publié le 25-10-2017 par LA Rédaction


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + 9 =